Vous êtes ici : Accueil > Départements et services > IRCM > UMR SGCSR > Laboratoire de Cancérologie Expérimentale - LCE

Laboratoire de Cancérologie Expérimentale - LCE

Publié le 18 janvier 2022
​​

Une mauvaise prise en charge des dommages oxydatifs de l'ADN peut conduire à l'accumulation de mutations et même à la mort cellulaire et est impliquée dans le développement de nombreuses maladies comme le cancer et les maladies neurodégénératives. Notre laboratoire s'intéresse à l'étude des mécanismes de réparation des dommages oxydatifs de l'ADN qui assurent la maintenance des génomes nucléaire et mitochondrial. Une des plus abondantes modifications de bases induite par le stress oxydatif est la 8-oxoguanine (8-oxoG), reconnue et excisé par l'ADN glycosylase OGG1 qui initie la voie de Réparation par Excision de Bases.
  
La plasticité tumorale, caractérisée par l'existence de cellules souches cancéreuses (CSC) et des processus de transition épithélio-mésenchymateuse (TEM), est à l'origine de l'hétérogénéité intratumorale et joue un rôle fondamental dans la résistante des cancers aux traitements. Nous nous intéressons aux modifications de l'état redox liés à ces processus et à leurs rôles dans la résistance acquise, ainsi qu'à l'implication d'OGG1, qui en plus de jouer un rôle fondamental dans la réparation de la 8-oxoG, serait également un régulateur important de la plasticité cellulaire.


Image de microscopie par illumination structuré d'une cellule exprimant la protéine de réparation OGG1 (en vert) dans le noyau et la mitochondrie. Le marquage rouge correspond au réseau mitochondrial.  

   Campalans 2.png

    Anna CAMPALANS
    Responsabl​e du Laboratoire
    Tél : +33 (0) 1 45 54 89 53
    anna.campalans@cea.fr

Par une combinaison d'approches de biologie moléculaire, de génomique, d'imagerie à haute résolution et de biologie cellulaire appliqués à des modèles in vitro et in vivo, nos projets visent à comprendre et moduler les réponses cellulaires lors d'une exposition à des agents oxydants ou des rayonnements ionisants. Des molécules chimiques et des nanoparticules pouvant affecter les réponses cellulaires et en particulier l'état redox et la stabilité de l'ADN sont à l'étude car elles offrent des nouvelles thérapies innovantes pour le traitement de certaines pathologies.


PROJETS EN COURS :

  • Mécanismes moléculaires impliqués dans l'assemblage des complexes de Réparation par excision de bases (BER) au sein de la chromatine. Lien entre la réparation des dommages oxydatifs de l'ADN et la régulation de la transcription.
  • Etude des mécanismes de réparation des dommages oxydatifs de l'ADN essentiels à la maintenance du génome mitochondriale.
  • Effet des rayonnements ionisants sur le réseau mitochondries et la stabilité de l'ADN mitochondriale. 
  • Implication d'OGG1 dans la transition épithélio-mésenchymateuse et la résistance des cellules tumorales à la radio et chimiothérapie.
  • Identification de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer et des maladies neurodégénératives basées sur l'utilisation de molécules chimiques visant à affecter l'équilibre redox de la cellule et la stabilité de l'ADN.
  • Développement des nanoparticules innovantes pour l'optimisation de la radiothérapie individuelle : dosimétrie in situ et potentialisation des effets des rayonnements ionisants. Etude du stress oxydatif suite à l'exposition à des nanoparticules et/ou à l'irradiation afin de mieux comprendre les effets dus au double traitement et d'identifier des biomarqueurs précoces d'efficacité de la potentialisation des effets des radiations sur les cellules cancéreuses.