Vous êtes ici : Accueil > Départements et services > IDMIT > Laboratoires de recherche > Laboratoire des Cellules Souches et Applications Thérapeutiques

Laboratoire des Cellules Souches et Applications Thérapeutiques - LCSAT

Publié le 12 février 2021
​​​​​​​​​​​​​​

Le Laboratoire des Cellules Souches et Applications Thérapeutiques - LCSAT (anciennement STI), est dirigé par Emmanuel PAYEN,.

Il est officiellement rattaché  au département IDMIT depuis le 1er janvier 2021.


Le LCSAT a pour mission de développer de nouvelles approches moléculaires et cellulaires applicables au traitement des maladies génétiques innées ou acquises. Notre recherche s’articule autour de deux approches.

 
La première concerne l’étude de la thérapie cellulaire, par expansion cellulaire ex vivo, et la thérapie génique, par transfert de gène et correction génique. Nous avons ainsi contribué au premier succès d'un essai clinique en thérapie génique pour la β-thalassémie.

 
La seconde approche concerne l’étude des mécanismes moléculaires qui contrôlent la prolifération et la différenciation des cellules somatiques,  processus physiopathogéniques  à la base de nombre de stratégies de thérapie cellulaire. Notre travail a contribué à la caractérisation de nouvelles connexions entre facteurs de transcription, signalisation cellulaire et la connaissance du contrôle de la balance prolifération/différenciation.


​Projets de rech​erche

Le LCSAT (anciennement STI) collabore aux efforts mondiaux de thérapie génique de la thalassémie et de la drépanocytose grâce à son travail de recherche en thérap​ie génique et cellulaire ainsi qu’à l’étude de la prolifération et de la différentiation somatique. De nouvelles approches de thérapie cellulaire, par expansion cellulaire ex vivo, et génique, par transfert de gène et correction génique, sont évaluées dans divers modèles animaux de maladies humaines.​​​


​​​Etude des ​mécanismes moléculaires​

 

Le  LCSAT (anciennement STI) étudie, également, les mécanismes moléculaires qui contrôlent la prolifération et la différenciation des cellules somatiques, la balance prolifération-différenciation étant au centre d’un grand nombre de processus physiopathogéniques et à la base de nombreuses  stratégies de thérapie cellulaire. Ainsi notre travail a contribué à la caractérisation de nouvelles connexions entre facteurs de transcription, signalisation cellulaire et la connaissance du contrôle de la balance prolifération/différenciation (par exemple GATA-FOG-pRb et PPARgamma-STAT5) (PLoS Biology 2009; JCI, 20​08).​​​