Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Astrocytes et tauopathies : un piratage sous contrôle

Résultat scientifique | Fait marquant | Maladies neurodégénératives | Cerveau

Astrocytes et tauopathies : un piratage sous contrôle


L'accumulation de formes anormales de la protéine Tau est responsable du développement de certaines maladies neurodégénératives appelées tauopathies. Dans une étude menée par des chercheurs du LMN (MIRCen/CEA-Jacob/CNRS/Université Paris-Saclay) en collaboration avec l'équipe « Alzheimer et Tauopathies » de l'unité INSERM U1172 (Lille), il a été montré pour la première fois que des formes de Tau anormales migrent des neurones vers d'autres cellules cérébrales, les astrocytes, et que certaines formes de Tau sont toxiques pour les astrocytes. Ces travaux, réalisés grâce au développement d'un nouveau modèle rongeur de tauopathies, suggèrent que les astrocytes représentent de nouvelles cibles dans le traitement de ces pathologies. Ces résultats ont été publiés dans la revue Brain le 12 avril 2021.

Publié le 12 avril 2021

Parmi les maladies neurodégénératives, les tauopathies se caractérisent par l'accumulation progressive dans le cerveau d'agrégats de la protéine Tau sous des formes anormales. Ces agrégats sont le plus souvent retrouvés dans les neurones, cellules cérébrales synthétisant le plus la protéine Tau qui stabilise la structure de leurs axones. Pourtant dans certaines tauopathies, la présence d'agrégats avait été également repérée dans les astrocytes sans que l'on en explique ni l'origine ni les conséquences. Les astrocytes sont des cellules qui participent à de nombreuses fonctions clés dans le cerveau, comme la sécrétion de facteurs trophiques et de neurotransmetteurs, le maintien de la barrière hémato-encéphalique ou encore la réparation de lésions cérébrales.

Les protéines Tau migrent des neurones vers les astrocytes, pouvant induire leur altération. Des mouvements de Tau des astrocytes vers les neurones sont ensuite observés.

Les chercheurs du LMN (MIRCen/CEA-Jacob/CNRS/Université Paris Saclay) avec l'équipe « Alzheimer et Tauopathies » de l'unité INSERM U1172 (Lille),, a développé des modèles rongeurs de tauopathies, générant spécifiquement des agrégats de Tau dans les neurones. Sur ces modèles, les chercheurs ont pu montrer que l'accumulation d'agrégats dans les astrocytes se produisait dans un second temps. Ils ont également mis en évidence un échange de la protéine Tau entre neurones et astrocytes. Enfin, ils ont démontré qu'une des formes anormales de la protéine Tau est toxique pour les astrocytes, entraînant leur mort. Ces cellules ne seraient donc pas de simples spectatrices de la pathologie neuronale et pourraient contribuer de manière significative aux symptômes cliniques.










Les protéines Tau migrent des neurones vers les astrocytes, pouvant induire leur altération. Des mouvements de Tau des astrocytes vers les neurones sont ensuite observés. 


Cette étude, publiée dans Brain, montre que les astrocytes interviendraient dans les mécanismes pathologiques des tauopathies.

Cette actualité a fait l'objet d'un communiqué de presse.

 

Haut de page