Vous êtes ici : Accueil > Actualites > L’océan Arctique, berceau de la biodiversité virale

Résultat scientifique | Actualité | Climat | Recherche fondamentale | Océanographie | Impact du changement climatique | Mécanismes cellulaires | Virus

L’océan Arctique, berceau de la biodiversité virale


Using NMR spectroscopy to detect cell morphology alterations in vivo

De nouveaux résultats, provenant essentiellement des données issues de l’expédition Tara Oceans1 fournissent le catalogue le plus complet à ce jour des virus présents dans tous les océans du globe. Cette étude porte de 16 000 à près de 200 000 le nombre de populations virales océaniques connues. Publiés en couverture de la revue Cell2 le 16 mai 2019, ces travaux révèlent l’importance de l’océan Arctique comme réservoir de virus marins. Ils seront un référentiel pour comprendre le rôle des virus dans les réactions de l’écosystème « océan » sous la pression du changement climatique.


Publié le 25 avril 2019

Une nouvelle étude publiée dans Cell2 le 16 mai 2019 - dirigée par des chercheurs de l'université de l’Ohio, en collaboration avec le Genoscope (IBFJ) - porte le nombre de populations virales océaniques connues de 16 000 à près de 200 000.

Ces dernières jouent un rôle notamment dans le transport du carbone depuis la surface vers les fonds marins (“pompe biologique”), il est donc primordial de les identifier et de comprendre leur fonctionnement, leur dynamique et leur rôle écosystémique.

Mené en collaboration avec les pays riverains de l’océan Arctique, ce travail inclut des échantillons provenant de la circumnavigation effectuée en lisière de la banquise arctique par la goélette scientifique Tara en 2013, une région parmi les plus touchées par le changement climatique. Il a permis de documenter les virus en analysant leur ADN. Au-delà de l’océan Arctique, la collecte de données s’est élargie aux autres océans, et à des profondeurs plus grandes que les études menées auparavant.

En développant de nouvelles méthodes pour séquencer le génome de ces virus au sein des populations planctoniques, les chercheurs ont pu ainsi étudier les variations génétiques :

· entre les individus au sein de chaque population virale ;

· entre les populations au sein de chaque communauté virale ;

· entre les communautés à travers plusieurs environnements de l'océan mondial, ainsi que les forces motrices de toutes ces variations.

Ces nouveaux résultats suggèrent que l'océan Arctique est un « berceau » méconnu de la biodiversité virale. Ils soulignent l'importance des régions arctiques, fortement impactées par le changement climatique, pour la biodiversité mondiale.

Cette étude a notamment été soutenue par la Fondation Gordon et Betty Moore, la National Science Foundation et les investissements d’avenir Oceanomics et France Génomique.

 

Ces résultats ont également fait l’objet d’un communiqué de presse.

 


 

1 :http://jacob.cea.fr/drf/ifrancoisjacob/Pages/Departements/Genoscope/Les-projets-de-Genoscope/Tara_Oceans.aspx

2 : Marine DNA Viral Macro- and Microdiversity from Pole to Pole. Ann C. Gregory et al., Cell, April 25 2019.


 


Haut de page