Vous êtes ici : Accueil > Actualites > Greffe de peau : KLF4, une nouvelle cible pour activer les cellules souches de peau

Actualité | Fait marquant | Résultat scientifique | Cellules souches | Radiosensibilité

Greffe de peau : KLF4, une nouvelle cible pour activer les cellules souches de peau


Le laboratoire de Génomique et Radiobiologie de la Kératinopoïèse (LGRK/IRCM) a publié une étude dans la revue Nature Biomedical Engineering dans laquelle il démontre le rôle central du facteur de transcription KLF4 dans le contrôle de la prolifération des cellules souches de l'épiderme. Cette étude ouvre des perspectives dans le domaine de la médecine régénérative.

Publié le 22 octobre 2019

L'épiderme humain se renouvelle entièrement tous les mois grâce à la présence de cellules souches dans sa couche la plus profonde. Les processus de régulation et les gènes impliqués dans le contrôle de ces cellules chez l'homme sont encore inconnus. Les travaux publiés par le LGRK (IRCM/Institut de Biologie François Jacob), en collaboration avec l'AFM et l'Université d'Évry, ont permis d'explorer comment le gène codant pour le facteur de transcription KLF4 contrôle la fonction des cellules souches de l'épiderme.

Ces découvertes ouvrent des perspectives dans le contexte de la médecine régénérative cutanée, en particulier la bio-ingénierie des greffons de peau destinés à la reconstruction tissulaire. Parmi les applications cliniques envisagées, le soin les grands brûlés, le traitement des ulcères chroniques ou la reconstruction mammaire en sont quelques exemples.

L'amplification massive en culture de cellules de l'épiderme (kératinocytes) issues du patient est requise pour la production de greffons, mais elle peut s'accompagner d'une perte de fonctionnalité des cellules souches conduisant à une perte de potentiel régénératif. Les chercheurs ont montré que diminuer l'expression du gène KLF4 favorise une amplification rapide de cellules souches fonctionnelles sans altération de leur stabilité génomique. Les kératinocytes amplifiés dans ces conditions présentent un potentiel régénératif accru dans des modèles de reconstruction épidermique in vitro et de greffes in vivo. KLF4 constitue donc une nouvelle cible moléculaire pour améliorer la bio-ingénierie des greffons cutanés.

Ces travaux ont fait l'objet d'un communiqué de presse


Haut de page