Vous êtes ici : Accueil > Actualites > La piste des microARN pour le traitement du syndrome de Sjögren

Résultat scientifique | Epigénétique | Mécanismes moléculaires | Santé & sciences du vivant

La piste des microARN pour le traitement du syndrome de Sjögren


Une analyse épigénétique des lymphocytes impliqués dans le syndrome de Sjögren pourrait ouvrir la voie à un traitement de cette maladie auto-immune. Une équipe du CNRGH1 de l’Institut de Biologie François Jacob a mis en évidence une dérégulation des micro-ARNs, acteurs de mécanismes épigénétiques2, chez les patients atteints par cette maladie. Leur étude, publiée dans Annals of Rheumatic Diseases , montre que cette dérégulation contribue à l’inflammation persistante des glandes exocrines qui caractérise ce syndrome.  

Publié le 22 décembre 2017
Le syndrome de Sjögren est une maladie rare, qui survient le plus souvent à partir de 50 ans et touche un peu moins d’un adulte sur 10 000. Il est lié à une inflammation des glandes endocrines, dont les glandes lacrymales et salivaires, infiltrées des lymphocytes B et T (globules blancs), qui ne sécrètent alors plus suffisamment de fluides au niveau de la peau et des muqueuses. 
Les miARN sont de petits ARN régulateurs : lors de l’expression des gènes, ils peuvent se lier aux ARN messagers et inhiber ainsi leur traduction en protéines. Intervenant sur le fonctionnement des gènes sans en modifier la séquence, ils sont considérés comme des agents épigénétiques. L’équipe dirigée par Jörg Tost a mené une étude quantitative sur ceux exprimés dans des lymphocytes B et T, cellules impliquées directement dans le syndrome de Sjögren. Celles-ci ont pu être triées à partir du sang de patients et de personnes témoins. Pour la première fois, les chercheurs ont pu ainsi mettre en évidence des quantités différentes de miARN dans les cellules provenant du sang des malades spécifique a chaque type cellulaire. 
L’équipe s’est ensuite intéressée à l’impact de la sous expression des miARN, en étudiant l’un d’entre eux : miR-30b-5p. Ce microARN cible l’ARN messager du facteur d'activation des lymphocytes B, facteur jouant un rôle clé dans la maladie. Le blocage de miR-30b-5p par des inhibiteurs de synthèse (antagomirs) dans des cellules entraine une augmentation de ce facteur d’activation. D’où l’idée d’un traitement du syndrome de Sjögren basée sur l’administration de microARN dans les glandes où ceux-ci seraient sous exprimés. Ces microARN permettraient ainsi de contrôler l’activation des lymphocytes responsables de la maladie.

1 Centre National de Recherche en Génomique Humaine, Laboratoire d'épigénétique et d'environnement.

2 Les mécanismes épigénétiques modifient l’expression (fonctionnement) des gènes sans changer la séquence d’ADN qui les constitue. Parmi eux : la méthylation, la phosphorylation de l’ADN, l’action de microARN... 


Haut de page